Je veux contribuer

SE4ALL Sénégal

Le secteur de l’électricité au Sénégal

Sur une population de 17 millions d’habitants, le taux d’électrification dans les zones urbaines du Sénégal est de 94 %. Il est de 42,3 % en 2018 dans les zones rurales.

Production

À fin 2018, la puissance totale installée du réseau SENELEC a atteint à 1 249,29 MW. Cette capacité se répartit entre le parc propre de SENELEC d’une puissance de 505,89 MW (40,49 %) et les unités des producteurs privés indépendants qui disposent d’une capacité de production 743,40 MW (59,51 %). Cette capacité est assurée par des unités fonctionnant avec les trois sources d’énergie que sont le thermique, l’hydraulique, le solaire et plus récemment le charbon.

Répartition de la puissance installée en 2018 (MW)
SourcePuissance en MW
Thermique 1 031
Hydraulique 75
Solaire 143
Total 1 249
Dont réseau interconnecté 1 181

La période 2017-2018 aura été particulièrement marquée par le renforcement du mix énergétique du parc de production avec la mise en service des centrales photovoltaïques (Ten Mérina-Mérina Dakhar et Mékhé-Senergy PV Santhiou Mékhé en 2017 ; puis Kahone Energie Ressources, Sakal) et de la centrale à Charbon de Sendou, matérialisant ainsi l’un des axes forts de la Lettre de Politique de Développement du Secteur de l’Energie

En 2019, été mise en service la centrale photovoltaïques de Diass de 23 MW qui est la première sous la propriété de SENELEC. Il est attendu l’arrivée sur le réseau interconnecté des centrales photovoltaïques de Touba et Kahone avec des puissances respectives sont 25 MW et 35 MW.

Avec la mise en service complète des prochaines tranches de parc éolien de Taïba Ndiaye (PETN) avec une puissance additionnelle de 2x55 MW, la puissance totale injectée par des sources intermittentes devrait atteindre 376 MW.

Transport

Le réseau de transport de Senelec est constitué des 2 niveaux de tension : 225 kV et 90 kV. La longueur du réseau de transport est de 580,1 km. Il comprend, à fin 2018 :

  • 253,3 km de lignes 90 kV (21 tronçons) ;
  • 326,9 km de lignes 225 kV (7 tronçons) ;
  • 20 postes de transformation HTB/HTA à fin 2018 d’une puissance totale installée de 1650 MVA.

La période 2017-2019 a été marquée par la réalisation de plusieurs projets dont :

  • remplacement et mise en service du transformateur TR3 du poste de Hann (90/30 kV, 80 MVA) à la suite de l’avarie du transformateur existant ;
  • prolongement du jeu de barres 90 kV au poste de Mékhé pour la connexion de 2 centrales solaires ;
  • mise en service du poste de Fatick avec le prolongement du jeu de barres 225 kV du poste de Kahone et le raccordement de la ligne 225 kV FatickKaolack ;
  • renouvellement de la ligne 90 kV Mbao-Cap des Biches ;
  • réhabilitation du tableau 30 kV de Tobène avec le remplacement des cellules HTA de technologie type AIS par des cellules GIS ;
  • remplacement des deux transformateurs 225/30 kV, 40 MVA par deux autres de 80 MVA au poste de Touba ;
  • mise en service du nouveau poste de type GIS de Cap des Biches ;
  • réhabilitation du tableau 30 kV de Kahone ;
  • mise sous tension du poste 225 kV de Bargny, avec les lignes KounouneBargny et Bargny-Diass.
  • Les lignes HTB

A fin 2018 le réseau interconnecté était constitué de 580 km de lignes HTB avec 253 km de ligne en 90 kV et 237 km de lignes en 225 kV.

Distribution

Le réseau électrique de distribution de SENELEC est alimenté principalement à partir des postes sources (90/30 KV et 225/30 KV).

La distribution se fait en trois phases (neutre non distribué) par des lignes aériennes et souterraines qui constituent ainsi les départs ou feeders du réseau HTA. Ceux-ci alimentent les postes HTA/BT en antenne et en coupure d’artère.

Les lignes HTA sont issues des postes de transformation 90 kV/30kV et 225kV/30kV et constituent les réseaux de distribution HTA. Les postes sources délivrent l’électricité à toutes les régions du pays exceptées celles de Ziguinchor, Sédhiou, Kolda et Tambacounda qui sont alimentées par des centrales régionales et des centres secondaires.

Hormis la région de Dakar, les réseaux HTA sont principalement alimentés par les postes Haute tension de Thiona, Diass, Malicounda, Kaolack, Fatick, Touba, Tobéne, Sakal, Bakel, Dagana et Matam sur le Réseau Interconnecté (RI) et par les centrales de Tambacounda, Kolda, Ziguinchor et à partir de quelques centrales secondaires sur le Réseau Non Interconnecté (RNI).

En fin 2018, le reseau de distribution comprend :

  • 10 181 km de réseau Moyenne Tension 30 KV et 6,6 KV, qui assure la desserte de l’énergie vers les postes de distribution publics, mixtes et clients ;
  • 9 512,94 km de réseau Basse tension qui assure la distribution de l’énergie vers la clientèle BT (380/220 V) ;
  • 6 245 postes de transformation HTA/BT.

Sur la période 2017-2019, les actions suivantes ont marqué l’activité de distribution :

  • L’introduction de la maintenance préventive des ouvrages de distribution avec la thermographie infrarouge, l’ultrason et le diagnostic des câbles pour anticiper les incidents ;
  • La modernisation et l’automatisation du réseau de distribution avec l’installation d’équipements de télésurveillance et de télécommande pour réduire les durées des interruptions ;
  • Le renforcement du personnel de maintenance.
  • La distribution en basse tension aux consommateurs finaux se réalise en 380/220 V. La tension B1 (220/127 V) qui assurait historiquement l’alimentation des clients est en cours de remplacement par la tension B2 (380/220 V).
Carte des dorsales
Carte des dorsales+

Cadre institutionnel

La Senelec a le monopole des activités de transport, de distribution et de commercialisation de l’électricité sur son périmètre. Elle a ses propres centrales de production et achète également de l’électricité à des producteurs indépendants.

Sur le périmètre rural, le territoire a été divisé en dix concessions à électrifier. Six concessions ont été attribuées à des opérateurs privés. Les quatre concessions restantes ont été transférées en décembre 2018 à Senelec.

Récemment, la décision d’harmoniser les tarifs entre Senelec et les concessions a été prise par le Gouvernement, permettant ainsi de rehausser substantiellement le taux d’accès dans les concessions.

Afin d’accélérer l’électrification au sein des concessions, des initiatives se développent en parallèle des programmes des concessionnaires, à travers des programmes d’urgence d’électrification exécutés par l’Agence sénégalaise d’électrification rurale (ASER), le Programme d’urgence de développement communautaire (PUDC), le Programme d’urgence de modernisation des axes et territoires frontaliers (PUMA) et Senelec et des projets hors réseau financés par des bailleurs de fonds.

Dans les zones non couvertes par les programmes prioritaires des concessionnaires (PPER), des projets d’électrification rurale d’initiative locale (ERIL) peuvent également être développés et exploités par des porteurs de projets indépendants.

A noter que la vente au comptant de kits solaires et autres systèmes électriques autonomes individuels est libre d’exercice sur toute l’étendue du Sénégal sous réserve des dispositions en vigueur.

Loi 2010-21 portant loi d’orientation sur les énergies renouvelables
PDF - 3.4 Mo+
Loi n° 98-29 relative au secteur de l’électricité
PDF - 39.6 ko+
Loi 2002-01 abrogeant et remplaçant l’article 19, alinéas 4 et 5, et le chapitre IV de la loi n° 98-29 du 14 avril 1998 relative au secteur de l’électricité
PDF - 6.7 ko+

© Ministère du Pétrole et des Énergies • À proposContact

Avec le soutien du Programme énergies durables GIZ
GIZ